LONDRES

Pour ce mois de décembre, nous sommes partis dans la brume et le froid hivernal de Londres. A la clef, des livres à lire au coin du feu, pour frisonner, ou se réconforter.

Commençons par la lecture de Jean Pierre, Londres de Peter Acroyd. Un pavé original et de référence sur l’histoire de Londres. A lire par petits bouts !

La chambre des vies oubliées de Stella Duffy, un roman agréable d’après Myriam ! Retour dans le Londres des années 2000. Robert Sutton est sur le point de vendre sa laverie et un jeune anglais d’origine pakistanaise va répondre à son annonce. Un ouvrage rempli d’humanité, sans prétention et facile à lire.

L’Innocence de Tracy Chevalier, un roman historique et initiatique se passant en 1792. On suit un jeune ébéniste qui va tenter sa chance dans un quartier défavorisé de Londres. L’auteur donne à voir des métiers, bien décrit et une découverte intéressante du milieu.

Le coeur de l’Angleterre, un roman de Jonathan Coe et la suite de Bienvenue au club. On reprend des personnages quelques décennies plus tard et on suit l’évolution de la famille de 2010 à 2018. On peut lire ce livre sans avoir lu les tomes précédents. Pas palpitant.

Peter Pan, T1: Londres par Loisel. Une BD très dure, montrant le quotidien misérable et sombre des enfants des rues. Des graphismes poignants. Pas envie de lire la suite.

Panique à Londres, Pétillon. Une BD humoristique et sympa.

London Nocturne, Unsworth. Ce roman policier nous emmène en 1942, en pleine guerre mondiale. La ville est régie par un couvre feu et ses habitants deviennent la proie d’un mystérieux tueur. On est plongé l’ambiance de l’époque, bien que les descriptions de la ville de Londres soient un peu clichés. Il y a beaucoup de personnages qui donne au roman un aspect fouilli et on est peu tenu en haleine car on devine rapidement qui est le tueur. Bof.

Retour à Whitechapel, Michel Moatti. Dans ce roman policier historique Moatti nous indique qui, d’après lui se cache derrière Jack l’Eventreur. Pour cela, il invente une fille à la dernière victime du célèbre criminel. Dans les années 40, alors que la guerre sévie à Londres, la jeune femme va enquêter pour essayer de retrouver l’assassin de sa mère. Ce roman historique et très vivant est dôté d’une écriture simple et de chapitres courts. Facile à lire.

La Reine des lectrices de Alan Bennett. Petit roman très léger, facile à lire et drôle. A emporter dans une salle d’attente ou les embouteillages !

La chute du British museum de David Lodge.Ce roman à l’humour british nous parle du rôle de la religion catholique dans la société britannique et de son rapport avec la sexualité. Les tournures de phrases de la traduction rendent l’humour anglais moins compréhensible aux français. Le roman est bien écrit et loufoque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *