Archives par mot-clé : rentrée littéraire

Rentrée littéraire

Le Club de lecture s’est partagé une quarantaine de nouveautés en cette rentrée foisonnante, afin de nous permettre de choisir quels livres allaient rejoindre nos étagères. Nous avons aussi profité de l’expertise de la librairie Le Failler, fin septembre, lors d’une présentation par ses libraires du secteur littérature. Voici donc une petite liste des romans que vous pourrez trouver dans votre médiathèque préférée:

Concours pour le paradis, Renucci

Un monde à portée de main, Kerangal

Frère d’âme, Diop

Isidore et les autres, Bordas

Là où les chiens aboient par la queue, Bulle

La révolte, Dupont-Monod

La rouille, Richer

Le paradoxe d’Anderson, Manoukian

Le train d’Erlingen, Sansal

Les cigognes sont immortelles, Mabanckou

Les enfants après eux, Mathieu

Roissy, Tavernier

Tenir jusqu’à l’aube, Fives

Trois fois la fin du monde, Divry

Chien-loup, Joncour

Le roi chocolat, Montoriol

K.O., Mathias

Les prénoms épicènes, Nothomb

Un fils obéissant, Seksik

Khalil, Khadra

Helena, Fel

Carnaval noir, Arditi

Reviens, Benchetrit

Rien d’autre sur terre, O’Callaghan

Balles perdues, Clement

Les fureurs invisibles du cœur, Boyne

Rentrée Littéraire

Nous avons retenu de la Rentrée Littéraire 2017:

-L’art de perdre/Zeniter sur la guerre d’algérie

-Notre vie dans les forêts/Darrieussecq sur le clônage

-Un certain Mr Piekielny/Deserable sur Romain Gary

-La chambre des époux/Reinhardt sur le cancer

-Frappe-toi le coeur/Nothomb sur la jalousie

-Une femme à mobylette/Seigle sur les galères du quotidien

-Le camp des autres/Vineau sur la vie en marge

-Summer/Sabolo sur l’absence

-Minuit Montmartre/Delmaire sur la peinture

-La nuit des Béguines/Kiner sur une partie de l’Histoire

-Les bourgois/Ferney sur une famille

-Sucre noir/Bonnefoy la grande aventure

Rentrée littéraire 2016 le point de vue d’Odile

« 14 Juillet » par Eric Vuillard

Un vrai plaisir de lecture doublé d’une captivante leçon d’histoire.

Une lecture des évènements du point de vue du peuple. C’est bien écrit, dans un style direct, parfois lyrique, à peine ponctué de digressions savantes. C’est aussi un vrai travail d’historien, une lecture au plus près des sources. Une belle manière de comprendre ce que fut la prise de la Bastille.

« La valse des arbres et du ciel » par Jean-Michel Guernassia.

Les derniers mois de la  vie de Vincent Van Gogh à Auvers- sur Oise.

Une fiction qui repose sur un doute : Vincent Van Gogh s’est-il réellement suicidé ?Un prétexte pour écrire une histoire romanesque, celle des amours entre le peintre et la fille du Docteur Gachet. L’occasion de dépeindre la condition de la femme dans le milieu de la bourgeoisie à la fin du XIXème siècle et de porter un regard singulier sur la personnalité du Docteur Gachet. Une lecture facile et non dépourvue d’intérêt.

 »les mots entre les mains » par Guinevere Glasfurd.

Premier roman.

Les 10 dernières années de la vie de Descartes en Hollande. Une œuvre de fiction qui repose sur un fait avéré : Une femme nommée Helena Jans a donné naissance à une fille dont le père est René Descartes. Un beau portrait de femme dans les Pays-Bas au début du XVIIe siècle. Une histoire d’amour touchante sans être mièvre. Un récit au jour le jour ,au plus près des évènements du quotidien. Un vrai plaisir de lecture.

« Un paquebot dans les arbres » par Valentine Goby.

Fin des années 50: l’histoire d’une famille dont les parents contractent la tuberculose.

L’univers de Sanatorium L’histoire d’une adolescente belle et courageuse, son désir d’aider les siens jusqu’au bout, sa lutte contre la misère et l’exclusion. Un très beau texte, au plus près des sentiments de l’héroïne; poignant, parfois poétique, jamais mièvre. A peine quelques longueurs. Une histoire bien documentée et contextualisée (l’état de la lutte contre la tuberculose à la fin des années 50,la douloureuse conquête de l’indépendance par l’Algérie…)