Archives par mot-clé : prison

A re-découvrir !!!

A l’occasion du « Printemps des Prisons » les Booklecteurs ont re-découvert avec plaisir   

« Le Dernier Jour d’un Condamné ».

 Victor Hugo est considéré comme l’écrivain far du XIXe siècle. Lorsqu’il publia « Le Dernier Jour d’un condamné » en 1829, Hugo est un jeune homme de 26 ans qui n’avait pas encore fait ses preuves.

 Le livre se présente comme le journal d’un homme condamné à mort. Enfermé dans sa cellule jusqu’au jour de sa décapitation, le narrateur nous livre ses impressions et ses états d’âme.

 Premier grand chef d’oeuvre romanesque d’Hugo, « Le Dernier Jour d’un condamné » est une oeuvre courte, facile d’accès et bouleversante, un véritable plaidoyer contre la peine de mort.

Bien que certains termes soient tombés en désuétude (comme « géolier »), ce texte garde une certaine modernité.

 

 

 

Printemps des Prisons

                     TABLE RONDE

« Les activités socioculturelles en milieu carcéral »

Vendredi 04 Avril à 19h

Dans le cadre de l’exposition « Echappées Bulles » coordonnée par Livre et Lecture en Bretagne, la Médiathèque organise un échange avec différents intervenants du projet :

 

– Mr Lefeuvre Laurent, auteur BD ayant supervisé les ateliers

– Livre et Lecture en Bretagne

– L’association GENEPI

– La Ligue de l’enseignement

Venez écouter, échanger, vous informer autour de ce sujet.

A 18h30, en préambule, des textes choisis sur le sujet lus par Mise en Bouche!

 

Conseil lecture!

« Ni les détenus ni les surveillants choisissent d’aller en prison. » (p. 9)

Jean Teulé, le narrateur, a interrogé deux gardiens de prison, Benoît Beaupré et Agnès Leduc.

À travers leurs récits, on rencontre les détenus et le personnel de la maison d’arrêt.

Hommes et femmes se regardent en face à travers la cour. Cellule 108 quatre prisonniers s’y trouvent. Cellule 209, trois prisonnières. Ces détenus sont ceux que l’on trouve dans les quotidiens régionaux, ceux qui vivent de terribles petites misères. Ce roman tiré de faits authentiques nous fait affronter la duretée de l’univers carcéral en riant aux éclats. 

Tout y est: le parloir, les promenades, les douches, les différents manques, le courrier, le danger…
L’auteur ne censure rien et le lecteur profitera de tout: les peines, les souffrances, la folie s’installant insidieusement. La crudité du langage fait echo à la violence de ce milieu.

Longues peines, une courte lecture pleine d’humour.