Archives par mot-clé : Inuit

Littérature Groenlandaise

A l’occasion de l’exposition de carnets de croquis et photos réalisés par Bénédicte Klène durant sa résidence d’artiste en Artique, et
visible jusqu’au 4 janvier 2020 dans nos murs, le club de lecture à décidé de se pencher de plus près sur le Groenland et ses auteurs.

Tout d’abord nous avons pu découvrir l’habitat, le pays, la culture inuit au travers de livres documentaires:
– Le grand Nord raconté aux enfants, éd. de la Martinière : Bien
– Avec les inuit du Nord Groenland: Bof
– L’art Inuit, éd. Fragments: Bien
– Les inuits, PfP éditions : Super doc!!
– Immersion polaire, éd. Ulmer: Bof
– Jean Malaurie, un homme singulier, éd. Chêne

Deux dvd:
– Atanarjuat la légende de l’homme rapide, Kunuk.: Bien
– Le voyage au Groenland, Blanchard.: Bof
Un Cd de chants traditionnels (aya aya ayaaaaaa)
– Tuhaalruuqtut

Franchement passionnant de découvrir ce pays et sa culture finalement assez méconnu!

ROMANS: qui se passent au Groenland mais dont les auteurs ne sont pas natifs:
– Qaanaak, Mo Malo: Roman policier Bien
– Disko, Mo Malo: Roman policier
– Jorn Riel: – Le jour avant le lendemain, La vierge et autres racontars…: Bof
De pierre et d’os, Bérengère Cournut: Coup de Coeur!
– L’ours géant et autres histoire du peuple inuit (contes enfants): Bien
– Contes inuit du Groenland, Knud Rasmussen
– Imaqa, Flemming Jensen

BANDES DESSINEES:
– Groenland Manhattan, Chloé Cruchaudet : Bien
– Minik, Hippolyte/Marazano : Bien
– La conteuse des glaces, Béka/Marco : pour enfants Bien
– Celle qui réchauffe l’hiver, Pierre Place
– Inlandsis T1, Betbeder/Frichet
– Groenland Vertigo, Tanquerelle : Bof
– Le chant du pluvier, Surcouf/Laprun
– L’encyclopédie des débuts de la terre, Isabel Greenberg : pas vraiment sur le groenland mais plutôt sur l’imaginaire qui en découle, pas mal.

ROMANS d’auteurs Groenlandais:
– Juste avant l’arrivée du bâteau, Hans Anthon Lynge: Pas mal
– Le rêve d’un Gorenlandais, Mathias Storch: Pas mal, 1er livre de littérature groenlandaise
– Je ferme les yeux pour couvrir l’obscurité, Kelly Berthelsen: Bien Actuel
– Trois cent ans après: Groenland 2021, Augo Lynge, Pas mal, futuriste pour l’époque.
– Homo sapienne, Niviaq Corneliussen: Auteur récent, très actuel, portée universelle. Bien.



Dépaysement assuré

Un roman magnétique hors du temps

De pierre et d’os conte le voyage initiatique d’une jeune inuit, Uqsuralik, séparée de sa famille par une faille dans la banquise qui emporte les siens, et la laisse livrée à elle-même dans l’immensité polaire… Survivre dans ce milieu extrême, chasser la faim, le froid… sa vie sera un combat contre les éléments, en compagnie des esprits.
Un conte fascinant, une écriture sensible et poétique.

A la fois roman d’aventure et récit d’apprentissage, nous explorons l’arctique en compagnie de cette jeune femme forte, au travers de traditions ancestrales, et de chamanisme.

Bérangère Cournut s’est livrée à un immense travail documentaire. Le roman est empli de détails ethnologiques et culturels sur ce peuple nomade de chasseurs-pêcheurs, qui vit en harmonie avec son environnement. Le lien de l’homme avec la nature et les animaux est très fort, puissant et authentique.

Un beau coup d’cœur ! Mandana

« CHANT DU PÈRE
Aya aya !
La nuit est tombée
Nous avons marché
La banquise s’est brisée

Aya aya !
J’avais une fille
L’eau a ouvert sa bouche
Pour me l’enlever

Elle est seule
Avec une dent d’ours
Et quelques chiens
Je n’entends plus ses pas
Je ne vois pas son chemin […] »

« Je crains aussi de chasser sur la toundra, car toutes les armes que je possède –ma lance, mon couteau, mon harpon- ont servi récemment à tuer des animaux marins. Si je touche un animal terrestre avec ça, je vais mettre son esprit en colère. Je préfère encore mourir de faim… »

« Lorsque j’atteins l’île, le noir est complet autour de moi. Le bruit plus sourd de la glace sous mes pas m’indique que je suis enfin sur la terre ferme. Je me repose quelques instants dans ma peau d’ours. Et me dis que c’est la dernière fois : soit je trouve un abri pour le prochain repos, soit je meurs de froid ici, sur ce rivage. »