Archives par mot-clé : animaux

Dérangeant

Un virus infecte les animaux de la Terre, rendant leur viande non consommable.
L’Homme décime la faune afin de se protéger. Pour pallier à la pénurie de viande, des scientifiques ont créé une nouvelle race, à partir de génomes humains, qui servira de bétail pour la consommation.

Voici le prétexte tout trouvé pour légitimer le cannibalisme et endiguer la surpopulation.

Cette nouvelle société et son organisation est détaillée à travers le prisme d’un homme travaillant dans un des abattoirs de cette viande « spéciale ».
Le descriptif minutieux du développement industriel de chair humaine est absolument écœurant. Âmes sensibles passez votre tour.
Pourtant ce n’est que le triste reflet du traitement réservé aux animaux de nos jours… de quoi donner envie de devenir végétarien !
Cela ne m’a pas empêché de savourer ce roman car il développe un propos intéressant : la critique de la société de consommation, mais aussi la manipulation de masses (le peuple prêt à croire un discours officiel sans se poser plus de questions que ça…). Couplé à une montée en tension allant crescendo…et fin très bien amenée…un mélange délectable.

Cadavre Exquis est un premier roman audacieux. Agustina Bazterrica est une auteure argentine à suivre… Elle réussit à instaurer le malaise en alternant horreur et empathie dans une dystopie très actuelle.

«  La viande spéciale vendue en boucherie étant pratiquement inaccessible, s’est développé un marché noir où l’on peut en acheter de la moins chère ; moins chère, parce qu’elle échappe aux contrôles et aux vaccins, et parce que c’est de la viande facile ; de la viande avec un nom et un prénom. C’est ainsi qu’on appelle la viande illégale, celle qui est chassée puis transformée après le couvre-feu. « 

Mandana

Thème ANIMAUX

En octobre notre thème était « les animaux ».

Nous avons lu et aimé:

-Quand sort la recluse, Vargas (Araignée) Bon polar, bien écrit avec des personnages attachants

-Les mémoires d’un chat, Arikawa (Chat) Les pensées et réflexions d’un chat, sur la relation avec les humains, Bien!

-Le vieux qui lisait des romans d’amour, Sepulveda (Jaguar) Un classique à ne pas manquer. Roman court

-Les tribulations d’un chercheur d’oiseaux, Dubois (Oiseaux) Un ornithologue à travers le monde, facile à lire, détaillé, amusant. L’aventure!

-50 animaux qui ont changé le cours de l’histoire, Chaline (Documentaire ) Intéressant! Surtout les abeilles selon Robert

-La femme du gardien de zoo, Ackerman  Le sort des animaux durant le seconde guerre mondiale, Bien

-Sur les ailes du monde, Audubon, Grolleau (Oiseaux) BD récit complet, destin véridique et tumultueux d’un naturaliste peintre au XIXs

-Chien-Loup, Joncour Une histoire sur 2 périodes, la place des animaux et de la sauvagerie des hommes dans la nature. Lecture aisée et addictive. COUP DE COEUR

-La ferme des animaux, Orwell, Un classique à ne pas manquer. Critique de la société.

Nous avons lu et trouvé pas mal:

-Jules, Van Cauwelaert (Chien) L’importance du rôle que va jouer un chien aveugle. Sympathique, léger.

-Le collier rouge, Rufin (Chien) Un homme incarcéré, séparé de son chien. Sur la relation bêtes/humains. Adapté en film

-Le règne animal, Del Amo (Cochon), Prix france inter 2017, l’histoire sur 1 siècle d’une exploitation porcine. Glauque, marquant, bien écrit.

-Un animal doué de raison, Merle (Dauphin), L’utilisation militaire des dauphins, difficile de rentrer dans le roman.

-Voir son steak comme un animal mort, Gibert, Essai sur le veganisme, facile à lire, intéressant, sur la moral et la philosophie du concept, explication du choix politique et économique de ce choix de vie.

-La cause des vaches, Laborde, Essai pamphlétaire qui célèbre la beauté des vaches, contre exploitation massive. Révoltant! prise de conscience massive souhaitée.

 

Répugnant

Règne animal – Jean-Baptiste Del Amo.

Règne animal nous raconte sur plusieurs générations l’histoire d’une petite ferme familiale destinée à devenir une exploitation porcine industrielle.

Entre la Première guerre mondiale, les désastres économiques et l’émergence de la violence de l’élevage intensif, les hommes, les uns après les autres, s’enfoncent dans la folie.

Avec sa plume « des sens » qui nous fait tout voir, entendre, toucher, sentir, Jean-Baptiste Del Amo publie un roman engagé contre la violence de l’élevage intensif, qui abime autant les animaux que les hommes. Ce roman très sombre nous laisse pourtant entrevoir, dans de rares instants de grâce, un espoir, celui de l’émerveillement de l’enfance et de la beauté indomptable du règne animal.

Sélection Prix France Inter 2017.

Cassandra