Archives de l’auteur : Médiathèque Vezin le Coquet

Le coup de coeur d’Anouk de la Guilde des lecteurs!

Anouk vous propose de découvrir un de ses coups de cœur. Il s’agit du livre « Le Journal d’Anne Frank ». Elle a également reproduit un magnifique portrait de cette adolescente allemande, issu du roman graphique. Un grand merci à Anouk!


Anne Frank est née le 12 juin 1929 en Allemagne. Sa famille a émigré aux Pays-Bas en 1933. À Amsterdam, elle connaît une enfance heureuse jusqu’en 1942, malgré la guerre.
Le 6 juillet 1942, les Frank s’installent clandestinement dans « l’Annexe » de l’immeuble du 263, Prinsengracht, où Anne écrit son journal.
Le 4 août 1944, la famille est arrêtée vraisemblablement sur dénonciation.
Déportée à Auschwitz, puis à Bergen-Belsen, Anne meurt du typhus en février ou mars 1945, peu après sa soeur Margot.


Mon coup de cœur est « Le journal d’Anne Frank », l’histoire d’une petite fille juive cachée avec sa famille et d’autres personnes dans une annexe durant la seconde guerre mondiale, et je vais vous expliquer pourquoi.

« Le journal d’Anne Frank »  est mon livre favori car quand je le lisais, j’avais vraiment l’impression de parler à Anne Frank. Mais pas comme si je lisais juste le journal intime d’une jeune fille âgée de 13 ans jusqu’à ses 15 ans. Non, c’était vraiment différent. Anne Frank m’a fait rire, m’a fait sourire, m’a étonnée, m’a impressionnée, m’a attristée.

Quand je pense qu’elle voulait devenir écrivaine… Je suis heureuse pour elle qu’elle ait réussi, même si elle n’a pas pu voir ce bonheur. Si seulement elle avait pu voir la fin de la guerre au lieu de mourir comme des millions d’autres personnes.
Sa vie à « l’Annexe » n’a pas tout le temps été joyeuse même avant de s’être cachée. Mais l’étude, la lecture, et l’écriture l’ont beaucoup aidée. Elle a nommé son journal, où plutôt la personne qui y habite, « Kitty ». C’était, à ses yeux, sa meilleure amie.
Car, du haut des ses 13 ans, Anne Frank se sentait énormément seule. Pourtant, elle avait beaucoup d’amis et d’admirateurs. Mais pour elle, ils étaient faux. Durant son séjour à « l’Annexe », elle s’est rendue compte qu’elle n’était pas si seule. Au fur et à mesure des années passées, cachée, elle a mûri.
Son histoire est tragique et très émouvante. Mais pas que.

Anne Frank écrivait magnifiquement, elle mérite d’avoir son roman.

Anouk.


A relire avec plaisir

Hommage à un grand auteur

El Idilio , petit village aux portes de la forêt amazonienne est un enfer vert peuplé de chercheurs d’or, d’aventuriers de tout poil en quête d’un Eldorado imaginaire, d’Indiens Jivaros rejetés par leur peuple. La découverte par les Indiens Shuars d’un cadavre d’homme blond atrocement mutilé met tout ce beau monde sur le qui-vive.

Antonio José Bolivar ,vieil homme aguerri aux mystères de la forêt et grand lecteur de romans sentimentaux se voit bientôt contraint de se lancer dans une chasse de tous les dangers afin de trouver le coupable...   
Le vieux qui lisait des romans d'amour est court roman au titre trompeur, faussement naïf, où Luis Sepúlveda dénonce les effets négatifs de la colonisation, de la déforestation et de la politique bananière avec une écriture proche du conte.

Dérangeant

Un virus infecte les animaux de la Terre, rendant leur viande non consommable.
L’Homme décime la faune afin de se protéger. Pour pallier à la pénurie de viande, des scientifiques ont créé une nouvelle race, à partir de génomes humains, qui servira de bétail pour la consommation.

Voici le prétexte tout trouvé pour légitimer le cannibalisme et endiguer la surpopulation.

Cette nouvelle société et son organisation est détaillée à travers le prisme d’un homme travaillant dans un des abattoirs de cette viande « spéciale ».
Le descriptif minutieux du développement industriel de chair humaine est absolument écœurant. Âmes sensibles passez votre tour.
Pourtant ce n’est que le triste reflet du traitement réservé aux animaux de nos jours… de quoi donner envie de devenir végétarien !
Cela ne m’a pas empêché de savourer ce roman car il développe un propos intéressant : la critique de la société de consommation, mais aussi la manipulation de masses (le peuple prêt à croire un discours officiel sans se poser plus de questions que ça…). Couplé à une montée en tension allant crescendo…et fin très bien amenée…un mélange délectable.

Cadavre Exquis est un premier roman audacieux. Agustina Bazterrica est une auteure argentine à suivre… Elle réussit à instaurer le malaise en alternant horreur et empathie dans une dystopie très actuelle.

«  La viande spéciale vendue en boucherie étant pratiquement inaccessible, s’est développé un marché noir où l’on peut en acheter de la moins chère ; moins chère, parce qu’elle échappe aux contrôles et aux vaccins, et parce que c’est de la viande facile ; de la viande avec un nom et un prénom. C’est ainsi qu’on appelle la viande illégale, celle qui est chassée puis transformée après le couvre-feu. « 

Mandana

A relire avec plaisir

El Idilio , petit village aux portes de la forêt amazonienne est un enfer vert peuplé de chercheurs d’or, d’aventuriers de tout poil en quête d’un Eldorado imaginaire, d’Indiens Jivaros rejetés par leur peuple. La découverte par les Indiens Shuars d’un cadavre d’homme blond atrocement mutilé met tout ce beau monde sur le qui-vive.

Antonio José Bolivar ,vieil homme aguerri aux mystères de la forêt et grand lecteur de romans sentimentaux se voit bientôt contraint de se lancer dans une chasse de tous les dangers afin de trouver le coupable…  
Court roman au titre trompeur, faussement naïf, où Luis Sepúlveda dénonce les effets négatifs de la colonisation, de la déforestation et de la politique bananière avec une écriture proche du conte.

Mandana

Le club de lecture ados vous propose…

Pour tous les fans d’Harry Potter, voici des extraits en images de la célèbre carte du Maraudeur !

Nous remercions Anouk de la Guilde des lecteurs 2019-2020 pour cette très belle réalisation!

La carte du Maraudeur est un objet magique conçu par les Maraudeurs. Elle ressemble à un grand bout de parchemin vierge jusqu’à ce qu’on l’active en l’effleurant avec une baguette magique tout en récitant « Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises».

C’est alors qu’apparaît le plan détaillé du château de Poudlard, accompagné de la position de chaque personne présente dans l’école. On y découvre également les sept passages secrets qui permettent de sortir du château.

« Partis sans laisser d’adresse » de Susin Nielsen

Dès 13 ans

Félix Knutsson, 12 ans, vit avec sa mère, Astrid, et sa gerbille, Horatio. Ils habitent dans un Combi Volkswagen, normalement, de façon provisoire…

Sa mère lui garantit un changement, et ce grâce à nouveau travail… qu’elle ne garde jamais très longtemps. Le temporaire s’installe et Félix va devoir conjuguer sa vie au collège avec un quotidien où il est difficile de répondre à ses besoins les plus essentiels.

Félix va tout mettre en œuvre pour les « sauver » en participant à son émission télévisée préférée, une somme d’argent conséquente est promise au gagnant ! Va-t-il réussir ?

Susin Nielsen nous laisse entrevoir le déclinement d’une situation vers la pauvreté et le courage d’un adolescent en quête d’un nouvel équilibre de vie.

L’autrice nous décrit la réalité d’une précarité à travers les yeux de Félix, adolescent intelligent et débrouillard, qui va tenter de s’extirper de cette situation. Les personnages sont attachants et malgré le thème abordé, ce livre reste un moment joyeux rempli d’humanité.

Grenouilles, Owen Davey

Saviez-vous que la grenouille Goliath pèse près de 3 kilos ? Et que l’on trouve des grenouilles sur tous les continents, excepté l’Antarctique ? Et qu’il y a des grenouilles vénéneuses et d’autres capables de se camoufler tels des caméléons ?

Dans ce documentaire, Owen Davaey nous présente pas moins de 70 espèces de grenouilles sur quelques 7 000 recensées dans le monde !

Ce qui est appréciable ici c’est l’importance et la place accordées par l’auteur à l’observation scientifique et naturelle. Ainsi il aborde toutes les caractéristiques physiques, zoom sur ses tâches et ses pupilles à l’appui, et le cycle de vie des ces amphibiens inventifs dotés d’un caractère imprévisible.

Le graphisme épuré et réaliste d’Owen Davey fait la part belle aux textures, aux couleurs et aux détails.

L’équilibre trouvé entre le contenu informatif avec des textes simples et interactifs et le contenu visuel avec des coupes, des schémas et des encadrés, fait de ce documentaire un livre d’une grande qualité !

À partager sans modération en famille !

Anaïs

« La fourmi rouge » d’Emilie Chazerand

Dès 13 ans

Vania Strudel, 15 ans, vit seule avec son père taxidermiste.

Elle se différencie des autres par son prénom, son apparence physique (a un ptosis à l’œil gauche), sa vie familiale (une mère absente), ses goûts (joue d’un instrument de musique peu connu « l’hélicon »).

La veille de sa rentrée de seconde, Vania reçoit un courriel anonyme. Le message est fort « ce qu’on te reproche, cultive-le ». Il l’incite à démarrer à vivre, à grandir et se forger sa propre identité.

Cela lui fait l’effet d’une tempête… Un nouveau démarrage et de nombreuses aventures en perspective pour tenter de répondre à de nombreuses questions : qui est-elle vraiment ? qui veut-elle devenir ? comment devenir la fourmi rouge parmi les noires ?

Dans ce livre, Emilie Chazerand, évoque la différence, le harcèlement, les traumatismes affectifs, l’amitié, l’amour… Les problématiques liées à l’adolescence  sont abordées sans détour, sans tabou avec beaucoup d’humour et de sensibilité. Une lecture rafraîchissante et positive !

MALEVIL (film de 1981, Christian de Chalonge)

En ces temps de confinement général pourquoi ne pas enfoncer le clou en regardant un film post-apocalyptique français assez méconnu sorti 1981 ? L’occasion de retrouver Serreault, Dutronc, Trintignant et Villeret dans une adaptation du roman de Robert Merle.

Quelques humains survivent à une explosion nucléaire. Peu à peu, sous la direction d’Emmanuel, ils réapprennent à vivre dans la solidarité et l’amitié. Non loin de là, Fulbert impose sa loi à un autre groupe de survivants.

Matthieu

KINGS LEFT BEHIND – Ikebe Shakedown

Ikebe Shakedown est un groupe de sept musiciens, cordes, cuivres, batterie. Ensemble, ils fabriquent une soul majestueuse, une soul instrumentale mettant en avant chaque membre. Depuis 2009 le groupe de Brooklyn repousse les limites de la musique instrumentale. Chacun de leurs morceaux et de leurs lives va plus loin dans leur combinaison gagnante de soul des années 70, de psychédélique brut et de bande-son de western, avec des rythmes auxquels il est impossible de résister et des mélodies puissantes. Avec Kings left behind, le groupe offre plus de mystère et de grandeur que jamais grâce à leurs guitares rêveuses et à leurs arrangements de cuivres et de cordes.

Matthieu